Workshop dramaturgie sportive

Source (url) http://blogs.erg.be/dramaturgie/spip.php?article272
Site satellite AP dramaturgie BAC 1
Date 2018-11-15 21:42:40

AP dramaturgie BAC 1[modifier]

Exercices - Intitulés

Home / Exercices / Exercices - Intitulés /

Précédent | 8/8

4f7f5651d375fe0505082cc8facfd073.jpg

Une longue progression dramatique[modifier]

L’idée est de générer une série de récits connectés, sur base d’un ensemble d’événements communs qui touche chacun d’eux.

La structure dramatique "concentrée"[modifier]

La structure dramatique est l’ensemble des choses qui arrivent dans le récit, telles qu’elles nous arrivent. Elle a une forme et des points de passages emblématiques.

Structure-dramatique-798d8.png

Un socle commun ou cycle ou "Grand arc"[modifier]

Tous les récits créés durant cet exercice prennent place dans cette trame d’événements communs.
Démarrant en 2018, se terminant en 2038, ces événements sont d’échelle et de nature différentes. Ils permettent de situer le récit de chacun dans un contexte plus large et commun.

Méthode[modifier]

A l’aide d’un scotch, tracer une structure dramatique géante, de 4 mètres de large sur deux de haut. Faites là démarrer a 50 cm du sol, pour qu’elle monte haut. Elle représente la totalité de la temporalité de votre récit.
Recevez une date, qui vous place sur la ligne de temps du récit global. Écrivez-là sur une feuille A4 et placez-la visiblement au dessus de la structure.

Placez un ensemble d’une douzaine d’images sur ce schéma géant, dont 5 sur les points clés : Ouverture, plot, climax, plot 2, état des lieux. Plus d’images sur la progression dramatique que sur la ligne d’exposition et la résolution.

Associez des scènes à ces images, en tenant compte de leur position dans la structure et notamment la tension dramatique qui les caractérise. Ceci donne votre récit.
Trois des événements du "grand arc" au moins doivent se retrouver dans chaque récit.

Fin de matinée, chacun des groupe fait le déroulé complet et rapide de son récit. ceci pour permettre de tester sa cohérence, mais aussi aux autres groupes d’identifier des points de contact qui permettrons de créer le sentiment d’un récit collectif.

Organisez-vous car il y a plusieurs tâches à accomplir :
-
 Les images correspondent à des points clés de votre histoire. Elles doivent être représentée en grand format, soit A3 vertical, soit A2 horizontal. Elles doivent être inspirée librement de l’image de base.
-
 Les scènes associées doivent être écrites sous la forme d’un titre + un texte. Le titre doit être une forme d’invitation punchy, le texte décrit la scène en utilisant tout ce qui vous tombe sous la main : description, dialogue, image. Le tout à la main, lisible, d’un format A3 vertical ou d’un A2 horizontal (deux A3 côte à côte).
-
 Le tout doit être accroché sur le mur de manière à pouvoir être lu sans se perdre. Une disposition spatiale doit être pensée à cet effet.

Fin de workshop[modifier]

Chaque groupe présente son récit à l’ensemble du groupe. Des photos sont prises pour mémo, puis les feuilles A3 sont décrochées, mise bout à bout pour créer un livre en accordéon, nommé loporello. Exhibez le fièrement.

Quelques remarques[modifier]

Récit et histoire : la ligne représentée sur le mur représente la temporalité de votre récit et non une ligne du temps générale. Il s’agit bien de l’histoire telle qu’on la découvre. Un flash back s’y trouve donc à l’endroit où il est évoqué.
Chaque récit peut, et d’une certaine manière doit, prendre en compte ce qui le précède. Logiquement, un récit ne peut prendre en compte les événements ultérieurs du "grand récit". Mais en tant que démiurge, en fait, si. L’idée n’est pas de faire de chaque événement un point obligé de l’histoire (on peut par exemple raconter l’histoire d’une taupe qui n’aurait aucune conséquence sur le reste du monde) mais de "connecter" chaque récit au monde général auquel il appartient.

Dernière modification effectuée le 16 novembre 2018.