Histoire et actualité des médias / théorie de la communication (B3)

Enseignant : Alain François

L'objectif de ce cours est que l'étudiant puisse saisir l'importance que certaines notions se rapportant à l’étude du signe au sein du courant structuraliste ont pu avoir dans un passé proche pour déterminer la signification des œuvres produites au sein des différentes disciplines artistiques (littérature, peinture, photographie, cinéma, architecture, art du vêtement, etc.). Et que, à partir de là, l'étudiant comprenne aussi pourquoi plusieurs de ces notions apparaissent aujourd'hui comme «dépassées», pourquoi elles ne semblent plus appropriées pour porter un regard adéquat sur certaines des productions artistiques actuelles. De manière plus générale, l'étudiant sera ainsi amené à se rendre compte que les notions et les théories passent, qu'on en invente de nouvelles qui prennent la place des anciennes, ou qui leur assignent une aire de validité limitée, qu'elles sont socialement et techniquement déterminées dans l'espace et dans le temps.

Acquis d’apprentissage, objectifs :

Il est généralement admis que l'on communique par des signes (au moyen de modes d'encodage divers), ou inversement que les signes servent à communiquer. Il est autrement dit permis d'affirmer que tout message adressé par un émetteur à un récepteur est inévitablement constitué de signes, plus particulièrement peut-être lorsque son support matériel se ramène essentiellement aux organes de la parole. Dans un premier temps, ce cours va consister essentiellement dans une analyse descriptive de l'étude du signe, telle qu'elle s'est développée historiquement dans la tradition structuraliste à partir de Ferdinand de Saussure, étant donné l'importance que cette tradition a revêtue pour tous les domaines artistiques pendant plusieurs décennies. Seront donc abordés à ce cours, pour fournir aux étudiants les références indispensables en la matière, des auteurs tels que Roland Barthes, Emile Benveniste, Roman Jakobson, etc. Dans un deuxième temps toutefois, une partie importante du cours sera consacrée à un examen critique de cette tradition à la faveur de ce que, à la suite de Charles Peirce, de John Austin, John Searle, il est convenu d'appeler la pragmatique, les «Postulats de la linguistique» de Gilles Deleuze et Félix Guattari occupant une place centrale dans cet examen critique. Ne s'agissant pas ici stricto sensu d'un cours de sémiologie, il sera à chaque fois mis l'accent, à travers la problématique du signe, sur la question de la communication.

Le cours oral consiste en un commentaire de textes provenant des différents auteurs énumérés au point précédent (contenu). Ces textes sont fournis aux étudiants en début d'année. Il s'agira à chaque fois de restituer la singularité de chacun de ces auteurs, de faire ressortir l'originalité de leur questionnement et de leur démarche. C'est en effet cette singularité et cette originalité qui font en sorte qu'un auteur devienne en fin de compte «incontournable» dans le cadre de la discipline qui est la sienne. Dans cet ordre d'idées, il s'agira également à chaque fois de dégager le «fonds commun» ou le terrain de pensée qui a permis à tel ou tel auteur d'avancer telle ou telle notion et d'élaborer telle ou telle théorie.

Dernière modification effectuée le 13 septembre 2018.