Graphisme (BA)

Graphisme (B1)[modifier]

Enseignant-e-s: Laurent Baudoux, Sabine Voglaire

Le module invite à établir des connexions avec les découvertes et les savoirs en cours d’acquisition, tant théoriques que plastiques. Mais aussi à introduire de nouveaux paramètres de recherches liés à l’orientation qui tend vers une pratique expérimentale et critique. Différents processus sont mis en place dans la dynamique du cours pour développer, dans chacun des projets, une intention particulière. Découvrir au fur et à mesure ses modes de fonctionnement, les moyens nécessaires pour cheminer et développer un projet en affirmant une décision. Les expérimentations d’outils et de médium font partie de l’élaboration des projets. Ils ne sont pas considérés comme des outils techniques mais comme des moteurs qui peuvent accompagner ou embrayer un processus de pensée. Les cours sont agrémentés de références graphiques et transversales, en lien ou non aux projets, dans un esprit de partage et de découverte.

Les objectifs principaux du cours de première année sont:

_ Penser et travailler le graphisme, non pas comme une façon de transmettre uniquement des formes mais aussi comme une matière à penser et une manière de penser.

_ Envisager cette pratique comme un terrain de jeux exceptionnellement étendu et généreux.

_ Découvrir et exercer, dans ce cadre, des processus de déconstruction et de construction.

_ Activer de nouvelles ressources en manipulant de l’image fixe ou animée, de la typographie, des signes, du son, des objets graphiques...

_ Développer la notion de point de vue et d’appropriation en dévoilant ses intérêts et ses préoccupations.


En première année, au premier quadrimestre, les orientations Communication visuelle et graphique → Pratiques numériques (BA), Graphisme (BA) et Typographie (BA) s'articulent en plusieurs modules communs aux trois orientations. Au second quadrimestre, l'étudiant.e suit un module spécifique à l'orientation choisie. En parallèle, se poursuivent les autres modules communs à tou.te.s.

Modules[modifier]

- Signe, Image, Icône, Glyphes, Emojis, Pictos, No-Logo

- Parler à la machine, terminal

- Dessin modulaire

- Formats, canons, gaufriers, en marge super max-width!

- Je t’aime, moi non plus (Six leçons sur l’image et le texte) - second quadrimestre


Graphisme (B2 & B3)[modifier]

Pratiques expérimentales et critiques

Enseignant(s) : Caroline Dath, Giovanni Guarini, Isabelle Jossa


En deuxième année, la méthode est avant tout centrée sur l’expérience, sur « le faire » et sur le regard actif porté sur ce qui émerge. Propositions de travail permettant la suite de l’apprentissage des fondamentaux du graphisme à l’aide d’outils analogiques ou numériques: la pratique de la typographie, la fabrication et réappropriation d’images et de signes, le travail de la couleur et des formes, le rapport entre textes et images, le travail éditorial, la recherche liée à l’espace, le développement d’écritures singulières, le travail collaboratif.

L’objectif principal sera d’amener les étudiant-e-s à engager une réflexion et à développer un point de vue par le biais d’une pratique portée sur l’expérimentation. Si il arrive de travailler sur une demande concrète (une affiche, une publication, participation à un concours), comment celle-ci peut-elle viser à l’aboutissement d’une proposition où les supports standards et les contenus peuvent constituer un espace de questionnement et de recherche plutôt qu’un simple support de communication.


En troisième année, la pratique du graphisme posera un regard critique tant au niveau des outils et du support (médium) que du regard porté sur notre société (contenu). Le graphisme envisagé comme pratique liée au développement de thématiques sociales, culturelles, écologiques, économiques, scientifiques ou politiques. Le graphiste, acteur plutôt qu’auteur, a un rôle actif et collaboratif dans le monde dans lequel il évolue. Évoquer, révéler, dénoncer le monde qui nous entoure. Réagir sur ce qui nous touche, nous révolte, nous enthousiasme, nous émeut et porter un regard singulier qu’il soit humoristique, ironique, poétique, utopiste, cynique, réaliste, provocateur.

Les objectifs principaux seront la capacité à développer un travail graphique pertinent, concret et autonome c’est à dire « éditable » au sens large du terme, que ce soit un livre à produire, une image, un texte à afficher ou un objet graphique à installer... Mais aussi développer un regard et un sens critique, être conscient de sa responsabilité d’acteur du monde culturel dans un contexte social, politique et artistique en permanente évolution. S’engager pleinement dans une pratique où les notions de plaisir et de passion sont présentes.


Modules orientés[modifier]

Une fabrique d’images, un outil de pensée

Du concept éditorial à l'impression

Dernière modification effectuée le 17 septembre 2018.