Visible (2). Art as something else -

Actualités
Publiée 2015/04/13
Giuseppe-campuzano-as- la-virgen-de-las-guacas -2007-782x1024-3c02e.jpg


Visible. Art as something else
un programme autour des pratiques artistiques socialement engagées dans un contexte mondial





#2 On Gender :
Linea de Vida – Museo Travesti del Peru
Giuseppe Campuzano
12 mars 2015 — 8 mai 2015



Visible. Bureau et espace de projet est heureux d’annoncer l’ouverture de l’exposition Linea de Vida – Museo Travesti del Perú (ligne de vie – musée travesti du Pérou), un projet créé il y a près de dix ans par l’artiste péruvien, philosophe et drag-queen Giuseppe Campuzano (1969-2013).
Cette exposition est organisée par Miguel A. Lopez et sera l’occasion de présenter pour la première fois en Europe le musée nomade qui a rencontré un franc succès à la Biennale de São Paulo l’automne dernier.




Heures d’ouverture de l’exposition :
Jeudi et vendredi de 11h à 13h et de 14h à 18h
Pendant les Portes Ouvertes de l’erg :
le 20 mars de 11h à 13h et de 14h à 21h / le 21 mars de 11h à 13h et de 14h à 18h
Art Brussels, 25 et 26 avril de 11h à 13h et de 14h à 18h
(l’exposition est fermée pendant les vacances de printemps du 6 au 17 avril)




Contact : visibleprojectdesk@gmail.com
/ erg, rue du Page 87, 1050 Bruxelles / http://www.visibleproject.org / http://www.facebook.com/visibleproject




Il y a près de dix ans, Giuseppe Campuzano, philosophe et drag-queen originaire du Pérou, a créé le projet Museo Travesti del Perú (musée travesti du Pérou). Par le biais de ce projet, il tente de présenter un discours queer anti-conformiste, à savoir une réflexion libre et multidimensionnelle sur l’histoire s’appuyant sur une collection d’objets, d’images, de textes et documents, d’articles de presse et d’œuvres pertinentes. Des actions, représentations et publications rompant avec les modèles dominants en matière de production d’images et de corps sont également proposées. A travers ce projet, à mi-chemin entre performance et recherche historique, l’artiste propose une révision critique de « l’histoire du Pérou » en adoptant le point de vue stratégique d’un personnage fictif que Campuzano définit comme étant le « travesti androgyne indigène/métisse ». Ici, les figures transgenres, travesties, transsexuelles, intersexes et androgynes sont considérées comme étant les principaux acteurs et sujets politiques de toute construction de l’histoire.

Contrairement aux grands projets institutionnels et à leurs discours sur l’autorité, ce musée nomade n’essaie pas de « représenter » ou d’intégrer les minorités dans les discours dominants concernant le progrès et le bonheur. Il s’agit plutôt d’un outil délibérément artificiel dramatisant les histoires officielles et rompant avec la condition privilégiée de la subjectivité hétérosexuelle – une subjectivité qui transforme les différences en sujet d’étude et rend invisible sa propre éventualité ainsi que les processus sociaux qui ont mené à ses constructions.

Le musée travesti du Pérou est un pari expérimental qui secoue les fondements de la théorie et de l’histoire classiques par le biais d’une réappropriation irrévérencieuse des imaginaires, des référents et des connaissances pluridisciplinaires, pour un sujet incapable et refusant de s’inscrire dans toute taxonomie.



Programme

12 mars – 18h30 – 21h00
à l’erg
Vernissage de l’exposition et visite guidé par le curateur Miguel A. Lopez

Parallèlement à cette exposition seront organisées des activités sur le thème des questions des genres, en collaboration avec Xavier Gorgol, étudiant à l’erg et membre de Genres Pluriels, une association LGBTIQ de Bruxelles qui proposera deux ateliers axés sur la fluidité des genres. Pour vous inscrire aux différents ateliers, merci d’envoyer un mail à xaviergorgol@gmail.com


18 mars – 18h00 – 21h00
à La Maison Arc-en-Ciel, Rue du Marché au Charbon 42, 1000.
Trans* pour les nulLEs : un atelier interactif et convivial qui introduit aux transidentités et comment les stéréotypes de genres mènent à des phénomènes de discrimination et d’exclusion.

26 mars – 14h00 – 18h00
à l’erg
Atelier Drag King : un espace de déconstruction des genres autour de l’exploration des masculinités. L’atelier se déploie en session de maquillage, habillage et jeux de rôles orientés sur l’utilisation du corps et dans le respect du point de confort de tous-tes.

16 avril - 21h00
à Aleppo, (5ème etage) 50, Rue de l’Ecuyer, 1000.
Premiere belge : la réalisatrice Maria Pecchioli présentera le documentaire « Lei disse sì » (Dites simplement oui) (2014). Il s’agit de l’histoire de deux femmes qui s’aiment. « Lei disse sì » est un fragment d’Italie, une collection de bois et de lacs suédois, un mariage pour lequel les principaux ingrédients inscrits au menu sont les droits humains.

Le programme de Visible. Bureau et espace projet est conçu par l’équipe de Visible avec l’assistance de la curatrice Alessandra Saviotti et généreusement soutenu par Cittadellarte – Fondazione Pistoletto et Fondazione Zegna.

Miguel A. López (Lima, 1983) est un auteur, artiste et chercheur dont les travaux permettent d’explorer les dynamiques et transformations collaboratives dans la compréhension des politiques et l’engagement en leur faveur au cours des dernières décennies en Amérique latine. Ses travaux portent également sur les réappropriations queer du point de vue du Sud. Ses articles ont notamment été publiés dans des revues telles que Afterall, Ramona, Manifesta Journal, E-flux Journal, Art in America, ArtNexus, Art Journal, The Exhibitionist. Récemment, il a organisé en partenariat avec RCS l’exposition « Losing Human Form. A seismic image of the 1980s in Latin America », au Musée national centre d’art Reina Sofía à Madrid (2012-2013), et « Pulso Alterado » au MUAC-UNAM de Mexico (2013). Ses dernières publications comprennent : A wandering body. Sergio Zevallos in the Grupo Chaclacayo, 1982-1994 (MALI, 2014) ; Giuseppe Campuzano. Saturday Night Thriller y otros escritos 1998-2013 (2013), un recueil d’écrits du philosophe et drag-queen Giuseppe Campuzano.

Actif depuis 2010 comme institution immatérielle qui encourage et soutient des pratiques artistiques socialement engagées dans un contexte mondialisé, Visible est un projet de recherche artistique initié par Cittadellarte - Fondazione Pistoletto en collaboration avec la Fondation Zegna, consacré aux œuvres d’art intervenant dans le domaine social. Il est dirigé par les commissaires Matteo Lucchetti et Judith Wielander.

Depuis 2011, Visible décerne un prix – le premier de ce genre en Europe – récompensant des pratiques artistiques engagées sur le plan social et développe un travail de recherche sur les espaces physiques et théoriques dans lesquels ces pratiques peuvent affecter nos sociétés contemporaines, avec une attention particulière sur l’interdisciplinarité croissante de l’art dans divers contextes sociaux. Institution nomade, Visible fut hébergée sous différentes formes par un grand nombre d’institutions artistiques, notamment le Van Abbemuseum d’Eindhoven ; la Kunsthaus de Graz ; la Kadist Art Foundation de San Francisco ; le Center for Historical Reenactments de Johannesburg ou encore la Serpentine Gallery de Londres – autant d’institutions avec lesquelles Visible a développé différents types de collaborations. Visible fait partie de ENPAP (European Network of Public Art Producers), un réseau créé en 2009 par Situations, University of the West of England (Bristol / Royaume Uni) et Statens Konstråd/Public Art Agency (Stockholm / Suède).


Dernière modification effectuée le 9 juin 2018.