Sarah Schulman : rencontre

Actualités
Publiée 2018/10/02
rencontre avec Sarah Schulman le 17.10.2018
Schulman Sarah 1.jpeg

A l'occasion de la sortie de Gentrification Of The Mind en français aux éditions B42, nous recevrons à l'erg Sarah Schulman le mercredi 17 octobre, de 11h00 à 13H00, dans le cadre du cours de Peggy Pierrot, Théorie de la communication.

Nous échangerons avec elle sur son livre mais aussi les archives d'ACT UP, les liens qu'elle voit entre son travail d'écriture fictionnel et son travail de journaliste essayiste et le militantisme. Quelle place du militantisme dans les medias et dans l'art ?

La Gentrification des esprits est un retour captivant sur la crise du sida et l’activisme d’ACT UP dans le New York des années 1980 et 1990. Sarah Schulman, elle-même new-yorkaise et militante de la cause LGBT, se souvient de la disparition, pratiquement du jour au lendemain, de la culture rebelle queer, des loyers à bas coûts et du prolifique mouvement artistique qui se développait au cœur de Manhattan, remplacés par des porte-paroles gays conservateurs, ainsi que par le consumérisme de masse. Elle décrit avec précision et engagement le «remplacement d’une communauté par une autre » et le processus de gentrification qui toucha ces quartiers concomitamment avec la crise du SIDA.

Schulman fait revivre pour nous son Lower East Side tel qu’elle l’a connu. Elle emplit les pages de ce livre de la réminiscence vivace de ses ami•e•s de l’avant-garde queer, autant que de l’ombre inquiétante des premières années de la crise du SIDA, telles que vécues par une militante. Les souvenirs personnels s’entremêlent à une analyse percutante des deux phénomènes et du poids invisible qu’ils font aujourd’hui peser sur la société américaine. Schulman rend compte de son expérience en tant que témoin de la « perte de l’imagination » de toute une génération, et des conséquences entraînées par cette perte.

Sarah Schulman est romancière, dramaturge et militante des droits humains et LGBT. Professeure titulaire à l’université de la ville de New York (CUNY), elle a été membre d’ACT UP New York et a fondé en 2001 « ACT UP Oral History Project », un projet de recueil et d’archivage de témoignages de personnes ayant activement participé aux actions menées dans le cadre de la lutte contre le sida aux États-Unis dans les années 1980 et 1990. Elle est également impliquée dans le mouvement de solidarité avec le peuple palestinien et fait partie de l’organisation activiste Jewish Voice for Peace. Elle est l’auteure de 19 livres aux États-Unis et deux de ses romans ont été traduits en français, Après Delores, aux Éditions Incultes et Rat Bohemia aux Éditions H&O.


Gentrification of the mind
Dernière modification effectuée le 2 octobre 2018.