ABC BAU Oskar Schlemmer et la scène : de la transmission à la performance (travail en cours)

Actualités
Publiée 2014/04/27
11 mai 2014 à 20h00
OS4 3jpg-79c79c0-24692.jpg


erg en collaboration avec P.A.R.T.S. présente
 
ABC BAU
Oskar Schlemmer et la scène : de la transmission à la performance

(travail en cours)
 

11 mai à 20h
Petit Théâtre Mercelis

rue Mercelis, 13 - 1050 Bruxelles
 

Des invitations sont disponibles pour les étudiants et les enseignants de l'erg auprès de :
sammy.del.gallo@erg.be . RSVP avant le 4 mai 2014.

 





ABC BAU 1926-2014
OSKAR SCHLEMMER : PI
ÈCES POUR LA SCÈNE DU BAUHAUS DE DESSAU
AVEC DES FRAGMENTS DU JOURNAL ET DE LA CORRESPONDANCE



 

« Le noyau de mon être — mon intimité même — est enclos dans une coquille déposée par le monde extérieur. Mon art est sans doute ce qui reflète le mieux ce noyau. Car c’est précisément dans la Forme que ce noyau, invisible et non su, se présente. »


Oskar Schlemmer, Lettre à Tut, 12 novembre 1919

 
 

ABC BAU — c’est l’un des titres avec lesquels joue Oskar Schlemmer à l’heure où, de 1926 à 1929, il signe pour la scène du Bauhaus, en collaboration avec les jeunes artistes venus étudier dans cette école, une série de brèves pièces à caractère expérimental.

Dans l’Allemagne de Weimar, au sortir d’une première guerre mondiale ayant signé la ruine des idéaux de l’humanisme bourgeois hérités du XIXème siècle, les avant-gardes européennes sont travaillées par ces utopies de l’Homme nouveau dont les visées seront bientôt systématiquement mises à mal par la montée des fascismes et du nazisme européens. Entre ces deux évènements désastreux et meurtriers, dans un contexte irréversiblement bouleversé, Oskar Schlemmer est de ceux qui, par leur pratique et leur pensée, témoignent de la nécessité de s’interroger sans relâche sur les apories, les contradictions, mais aussi les potentialités dont le nom d’art condense la promesse.

Inventeur infatigable, il est aussi constamment en dialogue et en débat avec l’art de son temps, ainsi qu’en témoignent son Journal et sa correspondance. Conjointement à ses recherches dans les domaines du dessin, de la peinture et de la sculpture, ses travaux destinés à la scène situent alors au cœur de son projet les relations du corps et du geste dans leurs rapports à l’espace et au temps.
Fruit d’un atelier conduit depuis janvier 2014, cette présentation signe par ailleurs la collaboration poursuivie entre l’erg, École Supérieure des Arts de Bruxelles et P.A.R.T.S — Performing Arts Reasearch and Training Studios, engagée depuis 2013 à l’occasion des recherches consacrées au Projet Continu Altéré Quotidiennement de la chorégraphe américaine Yvonne Rainer. Elle constitue en outre le premier rendez-vous public d’un projet au long cours consacré aux travaux d’Oskar Schlemmer, dans le contexte élargi des avant-gardes européennes des années 1920.



Direction et conseil artistiques : Christophe Wavelet et Latifa Laâbissi / Danse, musique et lecture : Alma Toaspern, Darko Radosavljev, Erik Eriksson, Guerrit Nulens, Dirk Descheemaeker, Berno Odo Polzer, Joanna Bailie et Claude Rabant / Décor, costume, masques, lumière : Frédéric Gaillard, Lucia Picaro et Scenology

 
Nos remerciements vont à :
ICTUS Bruxelles / IUNA Buenos Aires / Wallonie Bruxelles International / Institut Français / Ambassade de France en Argentine / Carta Blanca Editions Paris / Bauhaus-Archiv Berlin / Bauhaus Dessau
et
Gerhard Bohner, Steven De Belder, Anne Teresa De Keersmaeker, David Evrard, Meryem Moulay, Tom Pauwels, Jean-Luc Plouvier, Dirk Scheper, Susana Tambutti, Theo Van Rompay
et toute l'équipe de l'erg ' et de P.A.R.T.S.



Capture d e 321d-00fef.png


 
 


Dernière modification effectuée le 11 juin 2018.