LABoral : 2 ou 3 choses

Les 3 expositions inaugurales de LABoral (voir mon article sur ce nouveau centre d’art) proposaient près de 200 artistes et beaucoup d’oeuvres intéressantes (même si la plupart n’étaient pas nouvelles). En voici une toute petite sélection, complètement partiale et personnelle, en fait celles dont mes prises de vue vidéo sont regardables (et une bonne raison pour commencer à mettre des vidéos sur ce blog). J’en ai filmé d’autres telles que ‘Alerting Infrastructure’ de Jonah Brucker-Cohen, tout à fait approprié dans ce bâtiment flambant neuf, mais le résultat est vraiment trop mauvais… (vaut mieux aller voir son site).

Dans l’exposition gameworld, Walter Langelaar (que j’avais invité à Art+Game fin 2006) propose nOtbOt : un ordinateur qui joue tout seul, qui n’a plus besoin d’un joueur humain, quasi onaniste! D’ailleurs la notice invite le visiteur à saisir le joystick - ce que très peu osent faire bien évidemment (on ne touche pas une ‘oeuvre’ si bien posée, même dans une exposition interactive) - et c’est là qu’on se rend compte que ce joystick est complètement et fortement tenu par la machine, que vous n’avez plus aucune prise et plus rien à faire dans cette partie.

Dans l’exposition ‘Feedback’, je n’ai pu m’empêcher de filmer ce travail de Christa Sommerer et Laurent Migonneau, Life Writer, où comment les 2 artistes augmentent avec élégance et simplicité un objet du monde du siècle passé, tout en nous plongeant dans certaines de leurs préoccupations (code génétique, artificial life).

Toujours dans ‘Feedback’, une pièce de Marie Sester, Threatbox.us, dont le propos (l’emprise des médias, pour simplifier) et la forme (on se retrouve ‘bombardé’ par les médias) me rappellent Salt Lake, l’installation de Tom Heene et Yacine Sebti que j’ai produite (mais la vidéo sur le site de Marie est bien plus claire que la mienne…)

Dans ‘Feedback’, la confrontation avec des travaux précurseurs était permanente, comme par exemple avec les ‘Goggles’ (1968) de Lygia Clark, objet conçu non pour une contemplation passive, mais comme point de départ à une expérience interactive et participative.

Laisser un commentaire