STRP festival : Art of a post-digital age, Granular Synthesis

strpLe festival d’art et technologie STRP d’Eindhoven s’ouvre ce 2 avril jusqu’au 13. Au départ centré musiques électroniques sur un week-end, il se tourne résolument vers les arts médiatiques en proposant une grande exposition et des performances qui s’étalent sur près de 10 jours. Et quelle expo avec pour la première fois, une grande rétrospective de Granular Synthesis. Une occasion probablement unique en Europe de voir les installations et performances du duo Ulf Langheinrich et Kurt Hentschlaeger.

A côté de Granular Synthesis, on trouvera aussi l’expo Kiosk, artifacts of a post-digital age dont j’ai assuré le commissariat avec Domenico Quaranta. Kiosk est une des nombreuses suites de l’exposition Holy Fire, art of the digital age que nous avions organisée à iMAL en 2008. Kiosk propose des oeuvres de Boredomresearch (UK), Jim Campbell (USA), Alessandro Capozzo and Katja Noppes (IT/USA), Driessens & Verstappen (NL), LAb[au] (BE), Golan Levin (USA), Olia Lialina & Dragan Espenschied (RU+DE), Manfred Mohr (DE), Mark Napier (USA), Bjön Schülke (DE), Yacine Sebti (BE), Sakurako Shimizu (USA), Alexei Shulgin & Aristarkh Chernyshev (RU), Tonylight (Antonio Cavadini, IT), Siebren Versteeg (USA), Peter Vogel (DE), Marius Watz (NO).
Tout sur le STRP festival sur www.strp.nl

Une réponse à “STRP festival : Art of a post-digital age, Granular Synthesis”

  1. Jean-no Says:

    Félicitations pour ton expo qui était vraiment très bien.
    En revanche granular synthesis, à part si on vend de l’aspirine (sans aller voir les installations), je ne vois pas quel plaisir on y prend. J’ai vu l’expo du MU, et la grande installations multi-écrans, j’ai passé mon tour pour le dôme et encore plus pour Zee… Je trouve tout ça extrêmement auto-complaisant. Faire souffrir le spectateur, quel intérêt ?

Laisser un commentaire