Goo(…)rama, photographie et médiation du réel

googleramaDécidément Google et Internet entrent dans notre vie quotidienne et façonnent de plus en plus les pratiques sociales et culturelles. C’est une évidence bien visible dans l’art atuel, comme par exemple avec l’exposition GEO GOO (Info Park) de JODI à iMAL, ou encore au même moment à Argos, avec les Googleramas de Joan Fontcuberta. Utilisant des freewares de mosaïques photos disponibles en ligne, Fontcuberta reprend des photos d’actualités dont les pixels sont construits à partir d’images collectées sur Internet sur base de mots clefs.

La photographie ne cesse d’être interrogée sur ses fondements comme dans Buttons de Sascha Pohflepp (que j’avais montré à Bruxelles en 2007), où l’artiste joue sur les 2 déterminants de l’acte photographique: le choix du moment de déclenchement et le choix du sujet/cadrage. Il propose ainsi un appareil photo pourvu du traditionnel bouton déclencheur, mais sans objectif: c’est flickr.com qui finalement en est la lentille, l’oeil global qui renverra la photo d’un autre qui a pris la décision de déclencher son appareil quelque part dans le monde au même moment.

googoramaDans les googoramas du jeune collectif suwud (Sao Paulo), on voit apparaître une nouvelle forme de photographie documentaire (ici ’street photography’) faite de prises de vue du réel, mais où celles-ci sont effectuées par les caméras panoramiques automatiques des Street Views de Google, les auteurs agissant en tant que re-cadreur, ou re-photographe, s’appropriant la capture des machines en y ajoutant une valeur photographique et artistique par le seul fait de leur sélection. Voir par exemple le texte de Tadeu Chiarelli ici.

La photographie s’en trouve bouleversée en tant qu’un des instruments de la médiation du réel. Finalement, c’est Internet qui se poserait en tant que médiateur de nos perceptions du réel, le photographe ou artiste abandonnant l’acte de prise de vues, pour un filtrage, une sélection, un recadrage, ou encore une contextualisation, une reconfiguration des perceptions collectives.

Laisser un commentaire