Du numérique dans les galeries d’art

Bienvenue dans 2008! Meilleurs voeux!
Pour ce premier billet de l’année, voici quelques petites choses dont je n’avais pas eu le temps de vous parler l’année passée (car un peu débordé ces derniers mois par le lancement du nouveau lieu d’iMAL avec un nouveau site ).

lorenzo at think.21Cette fin 2007 a vu apparaître 2 nouvelles galeries à Bruxelles résolument tournées vers le numérique : think.21 à Ixelles et Brussels-Flamingo dans le centre ville près du Canal. Un signe certain que les arts technologiques seront parmi les arts contemporains de ce siècle.
Think.21 est à deux pas de l’ERG, donc aucune excuse pour ne pas explorer sa programmation. Pour le moment jusqu’au 16 février, elle propose des valeurs sûres des arts électroniques, avec des oeuvres de Rafael Lozano-Hemmer, Daniel Rozin, Lincoln Schatz et Björn Schülke. Très instructif par exemple de voir comment Rafael plus connu et innovant dans ses installations urbaines momumentales se décline ici dans des “petites” choses qui ne risquent pas de déranger le salon des clients branchés. Ou encore ce petit travail de Daniel Rozin à la portée de tout artiste numérique d’aujourd’hui. Mais, bon, trêve de critiques de spécialistes, saluons là un effort intéressant de sortir le numérique de ces cercles restreints qui l’ont trop confiné au rang de curiosités technologiques.

zhe li at brussels-flamingo Brussels-flamingo est l’initiative d’une critique d’art venue s’installer d’Allemagne à Bruxelles (comme quoi cette ville devient de plus en plus attractive internationalement, pour ceux qui ne l’auraient pas encore compris…). Je n’ai pas encore été voir l’expo qui propose entre autres une installation interactive, Fluid Music, de Zhe Li, jeune artiste chinois sorti de l’école des arts médiatiques de Cologne (khm.de). Mais on a le temps, c’est jusqu’au 1er février.

Tout cela est annonciateur de pas mal de changements dans le monde (marchand) de l’art contemporain… les prochaines années vont voir débarquer de nouveaux types d’oeuvres et de nouveaux acteurs. En tout cas, si même Claude Lorent en parle (voir La Libre), alors c’est que cela commence à bouger…
D’ailleurs y a pas que les galeries qui s’y mettent, les fondations privées se lancent aussi dans les arts numériques avec par exemple, la Fondation Liedts-Meesen à Gand et son appel à projets pour sa prochaine biennale Update II (avec Pieter Weibel, directeur du ZKM comme président du jury accompagné entre autres de Philippe Van Cauteren du SMAK). L’appel est disponible en ligne et se clôture ce 15 janvier! Le prix pour le lauréat est de 5.000 EUR plus sa participation à l’expo Update II en 2008 et Update III en 2010.

Une réponse à “Du numérique dans les galeries d’art”

  1. ebuco Says:

    Rm Lease, en collaboration avec une société de leasing internationale, vous propose de louer et d’acquérir des œuvres de votre choix à des conditions très intéressantes.

    http://www.artthema.com

Laisser un commentaire