Archive pour la catégorie 'Ressources'

Patent Absurdity: how software patents broke the system

Thursday 22 April 2010

end patentL’absurditĂ© des brevets: comment la brevetabilitĂ© du logiciel casse le système, met en danger les dĂ©veloppeurs, paralyse l’innovation, le progrès technologique et l’industrie.

Un film tout rĂ©cent de Luca Lucarini produit par la Free Software Foundation et tĂ©lĂ©chargeable gratuitement. RĂ©alisĂ© Ă  la veille d’un jugement très attendu aux USA sur le procès Bilski, un des plus grands procès logiciels dont les conclusions risquent d’ĂŞtre dĂ©terminantes pour le futur des brevets.

A voir sur http://patentabsurdity.com/

Ready for the Internet of Things?

Tuesday 8 December 2009

IoT at iMALPresque simultanĂ©ment, 2 sĂ©minaires se tenaient la semaine dernière sur l’Internet des Choses: un (Are you Ready for the Internet of Things?) Ă  iMAL, Bruxelles et l’autre Ă  Paris au Centre national des arts et mĂ©tiers. Sujet chaud car c’est bien de l’avenir d’une certaine infrastructure technologique dont il s’agit, ces intelligence et informatique ambiantes riches de nouvelles possibilitĂ©s mais aussi lourdes de dangers.

Sur le colloque de Paris, consulter l’article du Monde ou encore ceux sur InternetActu.net (article 1 et article 2).

A Bruxelles, le workshop Are you Ready for the Internet of Things? Ă  iMAL Ă©tait organisĂ© par Rob Van Kranenbourg et produit par Council et Tinker.it, la sociĂ©tĂ© commerciale construite autour de l’Arduino. Voir le rapport, la liste des invitĂ©s et toutes les infos sur les organisateurs sur www.theinternetofthings.eu.

Avec plus de 100 participants venus de toute l’Europe, Rob a rĂ©ussi son pari audacieux de rĂ©unir des publics très diffĂ©rents qui habituellement ne se rencontrent pas: Ă  la fois des industriels, des managers de la Commission europĂ©enne, des architectes, designers, scientifiques, ingĂ©nieurs mais aussi des artistes, des activistes et des hackers pour discuter librement sur le futur des infrastructures technologiques et cadres lĂ©gaux et politiques Ă  mettre en place pour un dĂ©veloppement harmonieux, ouvert et utile de l’IoT.

Quelques-uns des invités:
- Usman Haque avec entre autres son projet Pachube,
- l’activiste hacker et mĂ©dia artiste Jaromil qui a prĂ©sentĂ© le projet www.f1x.eu (alerte libre - non censurable - basĂ©e sur twitter) ainsi que la Charter for Innovation, Creativity and Access to Knowledge,
- MĂ©lanie Rieback et son RFID Guardian,
- Karmen Franinovic et ses nombreux projets dans l’espace public,
- Karim Amrani et ses jeux augmentĂ©s (son Zermooma, ou ‘le monde virtuel dans l’espace physique’),
- des participants venus parfois de bien loin, comme l’artiste designer finlandais Tuomo Tammenpää (voir son TileToy et son blog misusage.org) un des initiateurs de l’Open Hardware and Design Alliance, un des rĂ©sultats du GOSH! summit.

IoT by RobSur le sujet ‘Internet of Things’ et ses implications socio-politiques, voir wikipedia, le Spime de Bruce Sterling ou encore consulter le livre ‘The Internet of Things’ Ă©crit par Rob Van Kranenbourg et gratuitement tĂ©lĂ©chargeable ici.

Quelques Ă©tudiants de l’Erg en Arts NumĂ©riques on jouĂ© les reporters tout au long de cette journĂ©e: voir le blog qu’ils ont rĂ©alisĂ© (merci Ă  RaphaĂ«l, Vincent, David - super la vidĂ©o et les interviews de Karim Amrani et Tuomo Tammenpää). De mĂŞme, on retrouvera les interventions de la soirĂ©e publique dans les archives des streams vidĂ©o d’iMAL.

Goollery - galerie de projets utilisant Google

Wednesday 9 September 2009

VanityRingGoollery (www.goollery.org) est un site web collectionnant les projets utilisant Google et tous ses outils tels que Google Search, Maps, Earth, Chrome, SketchUp, Translate, Android, Calendar, YouTube, ou encore la marque Google.

La plupart des projets utilisent les interfaces de programmation de ces diffĂ©rentes applications (API) et dĂ©montrent comment on peut utiliser ou dĂ©tourner les technologies Google, souvent pour des usages pratiques (ex. RoofRay pour calculer l’Ă©nergie solaire que vous pouvez rĂ©cupĂ©rer du toit de votre maison) ou gadgets (ex. Toogle), mais c’est parfois plus imaginatif (ex. VanityRing de Markus Kison qui a entre autres commis un autre très beau projet Roermond-Ecke-Schönhauser croisant internet et monde physique).

openFrameworks Ă  Ars Electronica 08

Sunday 5 October 2008

OFlabIco.pngZachary Lieberman et ThĂ©o Watson, les crĂ©ateurs de openFrameworks, la librairie C++ pour du coding crĂ©atif (j’en avais dĂ©jĂ  parlĂ© ici), se sont installĂ©s au festival Ars Electronica 08 sous forme d’un OF Lab ouvert aux propositions du public. Avec une Ă©quipe d’une dizaine d’artistes-codeurs, hackers et autres bidouilleurs (sĂ©lectionnĂ©s après un appel cet Ă©tĂ©), ils ont rĂ©alisĂ© en un processus continu des projets directement issus des propositions du public tout au long du festival. OF Lab est une expo ‘guerilla’ au milieu et dans le festival, un processus expĂ©rimental ouvert entre propositions, expĂ©rimentations, rĂ©alisations et expositions des rĂ©sultats avec boucle de feedback direct entre crĂ©ateurs et public.

OFLabSketch.jpgOF Lab Ă©tait une construction ouverte Ă  tous et transparente, une grande structure construite d’Ă©chafaudages tubulaires entre bateau pirate et medialab. Le public y faisait ses propositions enregistrĂ©es en vidĂ©o sous forme de 5 mots Ă  Ă©crire sur un tableau. Bien sĂ»r tout est documentĂ© et exposĂ© grâce Ă  plusieurs dispositifs interactifs plutĂ´t bien conçus : des propositions du public jusqu’aux rĂ©sultats. Chapeau!

Voir mon petit reportage vidéo sur vimeo

Liens:
openFrameworks: www.openframeworks.cc
Le blog de OF Lab @ Ars: ars.oflab.cc
Photos sur flickr
OF lab sur Ars Electronica: www.aec.at

3 expos dans l’air du temps digital

Tuesday 5 August 2008

deep ScreenEn 2008, 3 expos ont eu lieu autour du digital dans l’art contemporain: en Avril, “Holy Fire, art of the digital age” Ă  iMAL (Bruxelles) ouvrait le feu, puis fin Mai au Stedelijk Museum suivait ‘Deep Screen, art in digital culture‘, exposition en vue des acquisitions 2008 du musĂ©e d’Amsterdam. Et enfin en Juin “Synthetic Times” au MusĂ©e National d’Art de PĂ©kin.
Si deux furent courtes et sont maintenant terminĂ©es, il reste encore ‘Deep Screen’ Ă  voir jusque fin Septembre. Pour les autres, on consultera les sites webs respectifs, ressources documentaires pour tout qui s’intĂ©resse aux Ă©volutions de l’art contemporain dans la sociĂ©tĂ© technologique actuelle. A lire les essais de contributeurs connus tels Peter Weibel, Oliver Grau ou Friedrich Kittler sur le site de Synthetic Times. Pour Holy Fire, un superbe catalogue Anglais/Français est disponible Ă  cĂ´tĂ© des nombreux textes sur le site.

Est-ce significatif? Probablement, oui. A cĂ´tĂ© de modestes centres d’arts orientĂ©s nouvelles technologies tels iMAL, on voit maintenant de grandes institutions ‘traditionnelles’ accepter le numĂ©rique et ses nouvelles approches conceptuelles et esthĂ©tiques dans l’art. Reconnaissance ou simple consĂ©quence d’une Ă©volution inĂ©vitable?
En tout cas, pour le MusĂ©e de PĂ©kin, il semble que cette expo ait Ă©tĂ© la plus importante en Chine depuis l’expo de Robert Rauschenberg en 1985… Comme quoi l’art numĂ©rique est bien l’art de notre temps pour les grands pays Ă©mergents.
Voir les vidéos:
celle de l’ouverture d’Holy Fire Ă  iMAL Ă  Bruxelles.
ma vidĂ©o lors de l’inauguration de Deep Screen Ă  Amsterdam ou celle disponible sur le site officiel.

White Glove Tracking, Michael Jackson reloaded

Monday 14 January 2008

white gloveWhiteGloveTracking est un projet super-intĂ©ressant d’analyses et visualisation de donnĂ©es proposĂ© par Evan Roth et Ben Engebreth du Eyebeam. En partant de cette cĂ©lèbre video de Michael Jackson oĂą sa main gauche porte un gant blanc, ils ont lancĂ© un processus collaboratif pour collecter toutes les positions de la main blanche dans tous les frames vidĂ©os et proposer le data set rĂ©sultant trackant ce gand blanc Ă  toute interprĂ©tation digitale… Voir la galerie des rĂ©sultats avec par exemple les clips de Zachary Lieberman (dont Height=Speed), l’artiste auteur de la superbe installation drawn, ou encore celui de l’artiste anversois Tim Knapen.

Et bien sĂ»r on trouve aussi les codes sources en Processing et/ou OpenFrameWorks, une librairie de dĂ©veloppement c++ pour artistes dĂ©veloppĂ©e entre autres par Zach Lieberman. On va au-delĂ  de la visualisation de donnĂ©es pour passer Ă  leur interprĂ©tation par le code pour traiter ou proposer d’autres façons de voir ou entendre une vidĂ©o existante. DĂ©marrĂ© en Mai 2007, le projet est toujours en cours, ouvert Ă  vos propositions.

encore 2007: CITU, Outlab

Monday 14 January 2008

Bon, je suis en retard, mais autant en parler avant qu’il soit trop tard. Le 19 Novembre, je suis allĂ© Ă  Paris (pas de chance, c’Ă©tait en pleine grève des transports en commun), Ă  Outlab 07, journĂ©es de prĂ©sentation public du CITU, conjonction de 3 laboratoires universitaires de Paris: le Ciren de Jean-Louis Boissier et Liliane Terrier (Paris 8 ), Paragraphe, l’ancien labo de Jean-Pierre Balpe, et le LAM (Paris 1), le labo d’Anne-Marie Duguet.

On y prĂ©sentait le meilleur du cru 2007 du Citu. Pour le Ciren, citons le blog de documentation et d’analyse des arts des nouveaux mĂ©dias, cette excellente Ă©tude sur les MĂ©dias Locatifs (Ă  base de GPS), ou encore Samuel Bianchini avec son installation niform utilisant ces nouvelles camĂ©ras 3d et des logiciels dĂ©veloppĂ©s par ExperiensS (2 anciens de la dĂ©funte kitchen). Ou encore ce blog du Paragraphe sur l’Ă©volution des villes Ă  l’ère numĂ©rique, Hyperurbain.net, ou cette installation de Thierry Fournier rĂ©alisĂ©e avec ses Ă©tudiants de Nancy, Feedback Room dont voici une vidĂ©o (il manque juste le feedback vidĂ©o):

RoboDS

Saturday 24 March 2007

roboDSDĂ©cidĂ©ment la DS de Nintendo devient une plateforme d’expĂ©rimentation dans de plus en plus de domaines. En robotique / physical computing, Alexei Karpenko (Ontario/CA - natrium) fournit toute une panoplie d’extensions hardware, et maintenant la RoboDS une petite plateforme transformant votre DS en robot.
Alexei en a équipé une dans sa cave avec une caméra video: vous pouvez même la piloter depuis votre nagivateur au travers du RoboDS Public Interface.
(d’après un article du blog pasta and vinegar )

arduino : Spooky Projects class

Saturday 21 October 2006

spooky ArduinoUn coup de pouce pour vous lancer dans le Physical Computing? Alors aller voir les notes de cours de Tod E. Kurt fraîchement mises en ligne sur sa classe de 4 x 3 heures au Machine Project de Los Angeles. Et bien sûr Todd utilise Arduino comme plateforme de prototypage et Processing comme environnement de développement.

Plus sur la fièvre ‘Arduino’ et sa communautĂ© grandissante d’utilisateurs dans le magazine ‘Make’ Page 58 (mais y a un preview pdf de l’article ici).

Conseils “Physical Computing”

Monday 30 January 2006

Physical Computing: construction de systèmes interactifs avec du hardware et du software en vue de mesurer et agir sur le monde physique.

(voir la catĂ©gorie “Physical Computing” pour liste de matĂ©riels)
Avant de vous lancer dans des dĂ©veloppements (et d’Ă©ventuels achats) pour connecter Ă  votre ordinateur des capteurs (lumière, tempĂ©rature, accĂ©lĂ©ration, pression, contact,…), actuateurs (moteurs,…), voici quelques conseils:

- des Ă©quipements spĂ©ciaux sont-ils nĂ©cessaires? on peut faire beaucoup en bricolant les pĂ©riphĂ©riques classiques de votre ordi: clavier, souris, entrĂ©e audio, joysticks! on a lĂ  des interfaces digital-analog tout faits, pas chers et très faciles Ă  utiliser dans tous les logiciels. Ainsi en dĂ©montant un clavier de rĂ©cupĂ©ration, chaque touche peut ĂŞtre connectĂ©e Ă  un interrupteur (ex. ici et ici), ainsi une souris mĂ©canique ou optique peut servir Ă  mesurer des dĂ©placements (ex. ici). Ainsi en connectant des micros ou des micro-contacts Ă  l’entrĂ©e audio et en analysant le signal (en Max/MSP ou PD), on peut dĂ©tecter pas mal de choses Ă  partir des vibrations. Ainsi les joysticks USB avec plusieurs boutons et 1 ou 2 manettes sont des interfaces pas chers Ă  adapter ou dĂ©monter. Apprenez Ă  dĂ©tournez les objets usuels…
- une approche par “machine vision” avec webcam et analyze vidĂ©o est peut-ĂŞtre plus propice?
- aujourd’hui, par rapport Ă  5 ou 10 ans, il n’y a plus de gros problèmes techniques pour faire du ‘physical computing’, on trouve pas mal de fabricants avec des produits très divers, bien faits et abordables. Ce qui compte c’est ce qu’on fait avec tout cela… votre idĂ©e, le concept interactif de votre projet.
- regardez ce qui a Ă©tĂ© fait par les autres artistes numĂ©riques (par ex. voir V2_archive ou netzspannung.org, ou Media Art Net, ou ZKM | Werke, ou Database of Virtual Art ), ne vous Ă©garez pas dans la technique (sauf si vous ĂŞtes un mordu), simplifiez-vous la vie pour vous concentrer sur l’essentiel, et ne rĂ©inventez pas la roue tant conceptuellement que techiquement.
- Ă©tudiez attentivement votre projet, ce que vous voulez dĂ©tecter, dans quels contextes (intĂ©rieur, extĂ©rieur, bruyant, grand ou petit espace,…) et pourquoi en faire. Exemple: vous voulez dĂ©tecter qu’une personne s’assied sur une chaise… une chaise fixe, toujours la mĂŞme, dans quelle pièce,…
- il y a souvent plusieurs solutions possibles… pensez simple (”simple is more“)…
- documentez-vous, expĂ©rimentez (les idĂ©es viennent en essayant),…
- sachez que les problèmes sont bien sĂ»r dans votre idĂ©e, et après sa rĂ©alisation: si c’est une mise en oeuvre avec des capteurs, les difficultĂ©s seront souvent dans l’interprĂ©tation des donnĂ©es brutes que ces capteurs renvoient pour les traduire dans une information significative.

Connectique: MIDI, USB, Ethernet, wireless, WIFI
Les interfaces convertissant les données numériques en signaux analogiques peuvent se connecter à votre ordi par MIDI (le plus vieux, le plus lent), par USB (rapide), par Ethernet.

Sans fil (wireless), WIFI, bluetooth
Plusieurs fabricants proposent des systèmes sans fil par transmission radio. Les capteurs sont connectĂ©s Ă  un premier petit boitier Ă©metteur, les donnĂ©es sont rĂ©cupĂ©rĂ©ees soit par un boitier rĂ©cepteur connectĂ© Ă  l’ordi (en MIDI ou USB), soit sur le rĂ©seau WIFI, ou sur l’interface bluetooth de votre ordi. Attention aux portĂ©es maxima et aux interfĂ©rences radio…

Controlleur programmable
Plusieurs systèmes (Wiring, Arduino) sont des controlleurs programmables: ils contiennent un microprocesseur gĂ©rant les entrĂ©es sorties analogiques ou digitales, traitant leurs donnĂ©es et leur communication Ă  l’ordinateur. C’est assez universel, mais tout doit ĂŞtre programmĂ©, mĂŞme la connexion du capteur le plus simple… Et le controlleur ne peut fonctionner que s’il a reçu un programme (qui doit ĂŞtre tĂ©lĂ©chargĂ© dedans après l’avoir allumĂ© et qui est perdu quand on l’Ă©teint…).

DĂ©tourner les systèmes industriels (identification, surveillance,…)
A cĂ´tĂ© des systèmes proposĂ©s tout faits pour les artistes, n’hĂ©sitez pas Ă  explorer les technologies industrielles de vision, surveillance, identification…. ainsi voir l’installation Bar Code Hotel de Perry Hoberman (1994, ici et ici) ou le Living Room de Victoria Fang (2005) utilisant les RFID.

Quelques liens:

- les pages publications et conseils d’interface-z (voir aussi les sites des autres fournisseurs);
- le projet InstantSOUP, projet pédagogique autour du Physical Computing du Interaction Design Institute IVREA;
- le cours de Physical Computing de Tom Igoe Ă  lTP (New York);
- et le site de Dan’O Sullivan aussi Ă  ITP;
- le cours Media Interface Technology de Dan Overhold (UCSB) et son wiki ;
- la page sur le lissage/filtrage logiciel de capteurs de Michel Davidov;
- pour faire des trucs en hackant du brol technologique, voir Make Magazine et ses Electronics Archives ou encore Hack a Day .

Pure Data : un max/msp en open source

Friday 28 January 2005

PD (Pure Data), crĂ©Ă© par Miller Puckette (l’auteur du premier Max), est l’Ă©quivalent en open source de Max/Msp. PD est gratuit, tourne sur Windows, Linux et Mac OSX.
Comme Max, PD est un environnement de programmation visuelle au dĂ©part orientĂ© vers l’audio temps rĂ©el. La communautĂ© PD s’agrandit tous les jours, et il existe des extensions pour la vidĂ©o et la 3D (openGL) relativement stables pour Windows et Linux (sur Mac OSX c’est plus capricieux).

Comme souvent pour les projets Open Source, et plus particulièrement sous Linux, l’installation de PD peut se rĂ©vĂ©ler difficile, surtout lorsqu’il faut gĂ©rer des cartes vidĂ©o, sons, et autres hardwares spĂ©cifiques… La doc est assez spartiate et pas toujours complète, les exemples et tutoriaux sont Ă  dĂ©nicher Ă  gauche et Ă  droite. En gros, PD est un environnement moins poli, moins fini que son Ă©quivalent commercial Max de Cycling74, mais avec un peu de patience cela fonctionne très bien, c’est de plus en plus utilisĂ©, c’est gratuit et logiciel libre !

Liens:

crca.ucsd.edu/~msp : le site de Miller Puckette avec docu. de base;
puredata.info : Pure Data Portal;
pd.iem.at : le site Pure Data de l’IEM avec installeurs, et database des externes;
at.or.at/hans/… : un site d’installeurs PD dont versions OSX;
gem.iem.at : GEM la libraire graphique (3D openGL), vidéo de base et multimedia;
directory.fsf.org/pdp : PDP, Pure Data Packet par Tom Schouten (Leuven), libraire généraliste de paquets, matrices pour traitements vidéo et autres;
ydegoyon.free.fr/… : PiDiPi, libraire effets vidĂ©o temps rĂ©el au-dessus de PDP;
interface-z.com : utilise PD pour controler la plupart de leurs capteurs; nombreux exemples;
www.idecibel.com/… : tutorial PD en français;
multimedialab.be : la page PD de Marc Wathieu.

processing: environnement “art du code”

Friday 28 January 2005

processingLa première version de Processing est apparue le 2 aĂ´ut 2002. Depuis, l’environnement initialement pĂ©dagogique de Ben Fry et Casey Reas est devenu une vraie communautĂ© autour du code comme matière de crĂ©ation et pratique artistique. Processing a reçu le Golden Nica Ă  Ars Electronica 2005 (catĂ©gorie Net Community) et est aujourd’hui aussi bien utilisĂ© dans de nombreuses Ă©coles d’art et de design pour enseigner les concepts de la programmation, que comme environnement pour tester rapidement des idĂ©es, ou comme outil pour produire des oeuvres Ă  base de logiciels (net art, software art, installations interactives,…).

Processing est le descendant direct de la philosophie de John Maeda auteur de ‘Designing by Numbers’, “Media @ Maeda”, directeur du Aesthetics & Computation Group au MIT dont Casey Reas et Ben Fry furent les Ă©tudiants.

Processing est un projet open source et bâti sur le langage standard du net, Java: un programme Processing est compilĂ© en Java, et donc exĂ©cutable sur quasi toutes les plateformes (Linux, Mac, PC, mobiles,…) et publiable directement sur le web.

Processing c’est un langage de programmation simple mais complet, et un environnement de dĂ©veloppement rĂ©duit Ă  l’essentiel. Le langage est un Java simplifiĂ© incluant des fonctions de base pour dessiner Ă  l’Ă©cran en 2d et 3d, un langage “pur” dĂ©barassĂ© des idiosyncrasies de la plupart des langages devenus obèses des accidents de leur Ă©volution et ajouts successifs (voir ActionScript ou Lingo). L’environnement de dĂ©veloppement est spartiate (une fenĂŞtre Ă©dition de code, une fenĂŞtre rĂ©sultat) et apprĂ©hendable immĂ©diatement. Processing est conçu pour aller Ă  l’essentiel: apprendre, tester, ou produire et jouer avec du code pour des usages crĂ©atifs (ou autres).

Aujourd’hui Processing est enrichi de nombreuses librairies: video, vision et motion tracking (Myron), rĂ©seau, audio, 3d (openGL), protocoles OSC et de communication avec Max, mySQL,… Des projets parallèles proposent des variantes pour hardware (Wiring pour du Physical Computing) et mobilophone.

Le site Processing propose bien sĂ»r toute la doc, les tutoriaux, les librairies, mais est aussi le site de la communautĂ©: exposition de projets (avec souvent code source), forums, librairies, happenings, workshops, Ă©coles, artistes,…
Processing est utilisĂ© par des artistes tels que Golan Levin, Georges Legrady, ART+COM, Marius Watz, Jonah Brucker-Cohen, Jared Tarbell, Juha Huuskonen, Josh Nimoy, Marc Napier, Lia, Josh On, Soda,…
Processing est gratuit et tout qui veut peut y contribuer.

www.processing.org

Liens:

www.processingblogs.org : le blog de Tom Garden, plein de nouvelles from around the world;
www.processinghacks.com : un wiki plus orientĂ© “hacks” et astuces;
del.icio.us/tag/processing.org : pour suivre les dernier projets faits en Processing;
www.ecole-art-aix.fr/… : le cours de programmation super pĂ©dagogique et illustrĂ© de Douglas Eric Stanley (Ecole d’Art, Aix en Provence).

max/msp/jitter : la boîte à outils sons/images temps réel

Thursday 27 January 2005

Max est un environnement de programmation visuelle crĂ©Ă© Ă  l’IRCAM (Paris) dĂ©but des annĂ©es 90 par Miller Puckette (qui crĂ©era PD plus tard). Au dĂ©part Max a Ă©tĂ© conçu pour gĂ©rer les connexions (patches) entre ordinateurs et pĂ©riphĂ©riques audio (synthĂ©tiseurs, effets, interfaces de contrĂ´le,…) connectĂ©s en MIDI. Max a Ă©voluĂ© pour devenir aujourd’hui un outil permettant de dĂ©finir et gĂ©rer des processus complexes temps rĂ©el mĂŞlant audio, vidĂ©o, 3D, rĂ©seau, capteurs,…

Une CommunautĂ© d’utilisateurs artistes audiovisuels.
Max est utilisĂ© depuis plus de 15 ans dans les communautĂ©s ‘musique Ă©lectronique’ (de toutes les tendances de l’Ă©lectro jusqu’aux centres de recherches en musique Ă©lectronique contemporaine “savante”) et ‘arts Ă©lectroniques’… C’est en partie la taille de ces communautĂ©s, leurs expĂ©riences et esprits d’entraide, et tous les milliers d’objets externes disponibles qui font la richesse de Max.

Programmations visuelle et traditionnelle
L’autre richesse vient des possibilitĂ©s immenses de programmation, par la quantitĂ© des objets de dĂ©part, et par l’adjonction - Ă  cĂ´tĂ© du paradigme de programmation visuelle - d’une couche de programmation traditionnelle en Javascript et en Java.

Audio
Au niveau audio, on peut quasiment tout faire en Max… les objets MSP et les nombeux externes fournissent un des environnements audio temps rĂ©els les plus performants pour expĂ©rimenter ou crĂ©er des interfaces+processus audio originaux et sophistiquĂ©s avec toutes les techniques audio existantes (synthèses addiditive et FM, sampling, granular, composition automatique, spatialisation,…).

Vidéo et 3D
Au niveau video et 3D, la librairie Jitter fournit plus d’une centaine d’objets sophistiquĂ©s (entrĂ©e/sortie vidĂ©o, record, filtres, compositing, analyses, gĂ©nĂ©rateurs, openGL,…). Et comme on a l’audio et la vidĂ©o temps rĂ©el dans le mĂŞme environnement, Max est idĂ©al pour expĂ©rimenter les relations sons/images.

Max est un environnement de programmation… mĂŞme si les principes de base sont simples, il demande un apprentissage certain pour maĂ®triser sa logique, ses libraires d’objets, et tous les externes… Donc si vous cherchez un logiciel de VJ simple ou de mix audio classique, vous pourrez le programmer en Max, mais cela ira plus vite de trouver un produit tout fait pour cela. Max est intĂ©ressant pour concevoir vos propres applications vous permettant de mettre en place vos idĂ©es…
Max est commercialisé par Cycling74 (USA) sous license Ircam. Jitter est un produit de Cycling74. Pour Mac et PC.
Prix: environ 800 $ pour Max/Msp/Jitter. Version demo complète valide 30 jours.

Liens:

www.cycling74.com : le site de Cycling74;
www.cycling74.com/forums/: les pages forums;
www.maxobjects.com : base de donnée répertoriant les objects externes;
freesoftware.ircam.fr/… : a brief history of Max;
fr.audiofanzine.com/… : un tutorial Max/Msp
www.idecibel.com/… : un tutorial Max/Msp + Jitter;

Quelques externes intéressants (0 = gratuit):
audio analysis : librairie d’analyse audio perceptuelle de Tristan Jehan (0);
www.electrotap.com : Tap.Tools, audio et video (0 pour version 1.5);
auv-i : librairie optimisĂ©e et intuitive d’objets vidĂ©o de Kurt Ralske;
softVNS: la libraire video (motion tracking!) de David Rokeby ;
code : librairie d’utilitaires de Jasch (0);
cv.jit : la librairie computer vision+tracking de J-M Pelletier (0);
xray.jit : la librairie (video,3D, timecube) de Wesley Smith (0);
OSC : les objets OSC, protocole permettant de connecter Max Ă  d’autres applications sur d’autres ordinateurs en rĂ©seau (0);

isadora : un max simplifié et prometteur

Wednesday 26 January 2005

Isadora est un environnement de programmation visuelle (Ă  la Max ou PD) rĂ©cent crĂ©Ă© en 2003 par Marc Coniglio de Troika Ranch, une compagnie de danse (USA) qui s’intĂ©resse depuis longtemps aux nouvelles technologies.
C’est simple, facile, assez performant (optimisĂ© altitvec sur G4/Mac), et prometteur. Isadora propose une centaine d’objets (acteurs) pour gèrer le Midi, la vidĂ©o temps rĂ©el (playback, video input, compositing, analyse, filter, record,…), un peu d’audio, un dĂ©but d’openGL, le contrĂ´le+logique+math,… ComparĂ© Ă  Max ou PD, c’est nettement moins complexe, un peu la diffĂ©rence entre Final Cut et iMovie. Comme Isadora est assez rĂ©cent, la communautĂ© d’utilisateurs est encore rĂ©duite, ainsi que les modules externes.

Donc si Max ou PD vous effraient, essayez Isadora, et puis ce n’est pas les outils compliquĂ©s qui font nĂ©cessairement les bons projets.

Tourne sur Mac et PC (beta), version 1.1 actuellement.
Prix: autour de 350 US$. Version demo complète sauf le ‘Save’.
www.troikatronix.com/isadora.html

wiring: controlleur A/D USB + Wiring environnement

Wednesday 26 January 2005

Wiring est un un projet open source de Hernando Barragan proposant une plateforme ‘physical computing’ liĂ© Ă  l’environnement de programmation Processing. C’est un controlleur A/D programmable plus un petit environnement de dĂ©veloppement pour Ă©crire, compiler et charger des programmes dans ce controlleur. Les programmes sont Ă©crits en Wiring, une sorte de version restreinte du langage de Processing.
Le controlleur a 40 entrées ou sorties digitales (configurables par programme), 8 entrés analogiques et 6 sorties analogiques. Connectique en USB, utilisable en Flash, Max, ou tout autre logiciel lisant des données sur les ports séries. Docs et exemples sur le site.
Wiring est utilisé dans InstantSOUP, projet pédagogique autour du Physical Computing du Interaction Design Institute IVREA. Donc pas mal et pas cher!

Prix: 60 US$

wiring.org.co