Archive pour la catégorie 'espace'

Ready for the Internet of Things?

Tuesday 8 December 2009

IoT at iMALPresque simultanément, 2 séminaires se tenaient la semaine dernière sur l’Internet des Choses: un (Are you Ready for the Internet of Things?) à iMAL, Bruxelles et l’autre à Paris au Centre national des arts et métiers. Sujet chaud car c’est bien de l’avenir d’une certaine infrastructure technologique dont il s’agit, ces intelligence et informatique ambiantes riches de nouvelles possibilités mais aussi lourdes de dangers.

Sur le colloque de Paris, consulter l’article du Monde ou encore ceux sur InternetActu.net (article 1 et article 2).

A Bruxelles, le workshop Are you Ready for the Internet of Things? à iMAL était organisé par Rob Van Kranenbourg et produit par Council et Tinker.it, la société commerciale construite autour de l’Arduino. Voir le rapport, la liste des invités et toutes les infos sur les organisateurs sur www.theinternetofthings.eu.

Avec plus de 100 participants venus de toute l’Europe, Rob a réussi son pari audacieux de réunir des publics très différents qui habituellement ne se rencontrent pas: à la fois des industriels, des managers de la Commission européenne, des architectes, designers, scientifiques, ingénieurs mais aussi des artistes, des activistes et des hackers pour discuter librement sur le futur des infrastructures technologiques et cadres légaux et politiques à mettre en place pour un développement harmonieux, ouvert et utile de l’IoT.

Quelques-uns des invités:
- Usman Haque avec entre autres son projet Pachube,
- l’activiste hacker et média artiste Jaromil qui a présenté le projet www.f1x.eu (alerte libre - non censurable - basée sur twitter) ainsi que la Charter for Innovation, Creativity and Access to Knowledge,
- Mélanie Rieback et son RFID Guardian,
- Karmen Franinovic et ses nombreux projets dans l’espace public,
- Karim Amrani et ses jeux augmentés (son Zermooma, ou ‘le monde virtuel dans l’espace physique’),
- des participants venus parfois de bien loin, comme l’artiste designer finlandais Tuomo Tammenpää (voir son TileToy et son blog misusage.org) un des initiateurs de l’Open Hardware and Design Alliance, un des résultats du GOSH! summit.

IoT by RobSur le sujet ‘Internet of Things’ et ses implications socio-politiques, voir wikipedia, le Spime de Bruce Sterling ou encore consulter le livre ‘The Internet of Things’ écrit par Rob Van Kranenbourg et gratuitement téléchargeable ici.

Quelques étudiants de l’Erg en Arts Numériques on joué les reporters tout au long de cette journée: voir le blog qu’ils ont réalisé (merci à Raphaël, Vincent, David - super la vidéo et les interviews de Karim Amrani et Tuomo Tammenpää). De même, on retrouvera les interventions de la soirée publique dans les archives des streams vidéo d’iMAL.

Machine Vision: Snow, Vasulka, Rokeby,…

Sunday 26 October 2008

snow-regionCentraleLors d’un des derniers cours (en liaison avec l’exercice de début d’année), j’avais rapidement parlé du travail Machine Vision de Steina Vasulka dont les préambules datent de 1976. Mais il ne faut pas oublier en 1971, le travail de Michael Snow avec son fameux “la Région Centrale” que l’on peut voir sur ubu.com (un des meilleurs sites de documents audiovisuels d’artistes). Le parallèle est assez évident et en googlant pour trouver des documents mettant ces 2 oeuvres en liaison, je tombe évidememment sur l’excellent blog ‘Conversations with Space’ de Hc Gilje qui publie plusieurs articles sur ces sujets dans sa catégorie ‘camera’… voir ici. Hc Gilje est un artiste norvégien invité plusieurs fois à iMAL (entre autres avec 242.pilots en 2002 et puis en 2007 - voir video ici).
rokebyComme HC Gilje, je ne peux manquer ce citer un des continuateurs de toutes ces explorations avec les caméra-machines: David Rokeby avec des travaux tels “Watch’, ‘Seen’ ou ‘Machine for Taking Time’ dont on peut voir la vidéo documentaire sur YouTube. A noter que David Rokeby semble avoir mis l’intégrale de sa documentation video en ligne. A voir sur sa page YouTube! A ne pas rater, son Sorting Daemon de 2003 (en réaction aux mesures de surveillance ‘anti-terroristes’ après le 9/11), où l’on voit comment la caméra-machine couplée à l’intelligence computationnelle peut devenir démoniaque.
Je ne peux m’empêcher de citer ubu.com sur la Région Centrale: Snow presents a reflexive impression of the camera as the ultimate transformative, creative apparatus, capable of any magic. Google et Internet ne forment-ils pas une de ces caméras ultimes et globales d’aujourd’hui? ( voir mon article précédent sur goo(…)rama ).

Goo(…)rama, photographie et médiation du réel

Saturday 25 October 2008

googleramaDécidément Google et Internet entrent dans notre vie quotidienne et façonnent de plus en plus les pratiques sociales et culturelles. C’est une évidence bien visible dans l’art atuel, comme par exemple avec l’exposition GEO GOO (Info Park) de JODI à iMAL, ou encore au même moment à Argos, avec les Googleramas de Joan Fontcuberta. Utilisant des freewares de mosaïques photos disponibles en ligne, Fontcuberta reprend des photos d’actualités dont les pixels sont construits à partir d’images collectées sur Internet sur base de mots clefs.

La photographie ne cesse d’être interrogée sur ses fondements comme dans Buttons de Sascha Pohflepp (que j’avais montré à Bruxelles en 2007), où l’artiste joue sur les 2 déterminants de l’acte photographique: le choix du moment de déclenchement et le choix du sujet/cadrage. Il propose ainsi un appareil photo pourvu du traditionnel bouton déclencheur, mais sans objectif: c’est flickr.com qui finalement en est la lentille, l’oeil global qui renverra la photo d’un autre qui a pris la décision de déclencher son appareil quelque part dans le monde au même moment.

googoramaDans les googoramas du jeune collectif suwud (Sao Paulo), on voit apparaître une nouvelle forme de photographie documentaire (ici ’street photography’) faite de prises de vue du réel, mais où celles-ci sont effectuées par les caméras panoramiques automatiques des Street Views de Google, les auteurs agissant en tant que re-cadreur, ou re-photographe, s’appropriant la capture des machines en y ajoutant une valeur photographique et artistique par le seul fait de leur sélection. Voir par exemple le texte de Tadeu Chiarelli ici.

La photographie s’en trouve bouleversée en tant qu’un des instruments de la médiation du réel. Finalement, c’est Internet qui se poserait en tant que médiateur de nos perceptions du réel, le photographe ou artiste abandonnant l’acte de prise de vues, pour un filtrage, une sélection, un recadrage, ou encore une contextualisation, une reconfiguration des perceptions collectives.

Paul McCarthy au S.M.A.K.

Sunday 10 February 2008

Il reste encore quelques jours (jusqu’au 17/2/2008) pour voir la superbe expo ‘Head Shop/Shop Head, works 1966-2006′ de Paul McCarthy au S.M.A.K. à Gand. Je connais pas bien l’artiste mais on peut dire qu’il est met une remarquable et constante conviction dans le développement de ses thèmes favoris - pici, caca, sexe, gore post-hollywood - sous toutes les formes possibles.

Ici on n’est séduit par son appropriation de l’espace du SMAK, presque tout le bâtiment, n’hésitant pas à crever les plafonds, casser les murs, dans un délire de constructions et cabanes, bateaux rouillés, vaisseaux à la pirate des caraïbes, vieux appartements crades lieues de ces cérémonies scato-gore et vidéos se chevauchant dans un désordre bruyant et envahissant tout. Il y a aussi pas mal de sculptures dont toute une série encore présentées dans leur caisse de transport, et même quelques dispositifs interactifs (mais elle n’existerait pas que ce ne serait pas grave), plutôt des automates en latex tels cette truie frémissant au passage des visiteurs ou ce drôle de gars rencontré au détour d’un buisson dans un parc. Une virtuosité dans l’intégration espace, sons, videos, objets 3d,… En voici un petit aperçu vidéo (sorry j’avais pas ma dv cam, c’est fait à l’appareil photo).

Pour en savoir plus, lire par ex. l’article de Régine sur wmmna.

expo Interfaculty: Sons/Images, Arts/Sciences

Sunday 26 August 2007

Fin Juin, je suis allé voir l’expo de fin d’années des étudiants de l’Interfaculté Sons/Images à l’Académie Royal des Beaux-Arts de La Haye (NL). Toujours intéressant de se rendre compte de ce qui se fait chez nos voisins du Nord, dans des départements d’un type complètement inexistant dans nos écoles d’arts, à savoir ici cette ‘Interfaculty’, projet commun entre un conservatoire royal de musique et une école d’arts visuels proposant depuis 1989 un programme de masters en arts sur les relations sons/images à l’heure des technologies actuelles, évoluant depuis 2004 vers un programme plus complet (Bachelor/Master) sur les pratiques artistiques dans le contexte technologique et scientifique d’aujourd’hui (et de là rebaptisé ArtScience). ArtScience collabore avec un autre programme transdisciplinaire plus orienté scientifique, celui du Media Technology Master of Science de l’Université de Leiden ouverts aux artistes et aux scientifiques.

Une dizaine de travaux des étudiants de toutes les années étaient exposés . J’en ai ramené finalement 3 en vidéo. Maike Lond propose un jardin ou zoo sonore étrange: on entre dans une grande pièce toute obscure, on y devine des créatures avec des cris et des flashes lumineux dévoilant des êtres électroniques nichés un peu partout dans l’espace.

Koru de Leon Spek est une sculpture sonore penumatique: impressionnant tant dans la composition sonore distribuée dans l’espace que dans la mécanique.

Enfin, les verres de Vignir Karlsson forment un environnement tournoyant sonore et visuel (surtout avec les reflets au plafond).

Tore de Marcel Berlanger

Monday 28 May 2007

Tore - Marcel BerlangerMarcel Berlanger présente son installation Tore au Wiels, le nouveau centre d’art contemporain qui s’est ouvert fin Mai à Bruxelles (voir mon article). Marcel est plasticien, peintre au départ, et propose là un travail découlant de ses récentes collaborations pluridisciplianires, principalement le théâtre.

Tore est une installation hybride à la croisée entre peintures, sculpture lumineuse, et arts de la scène. Tore est un dispositif où l’on trouve une entrée des artistes (ou des visiteurs), des gradins, un concept de lumière high tech typique des régies visuelles informatisées, une sorte d’espace scénique positionné entre ces feux de la rampe subtils et des peintures-images sérigraphiées sur supports en fibre de verre. Le visiteur peut y être acteur participant par ses ombres à la modulation - ou plutôt la révélation - de ces peintures-écrans, ou contemplatif déambulant dans l’espace, ou encore spectateur assis. Tore provoque de multiples interactions entre images, ombres, sons, lumières, spectateurs-acteurs, espaces. La lumière conçue par Julie Petit-Etienne y est subtile et vivante, cyclant entre embrasement total et obscurité, entre chaud et froid, entre statisme et lent cinématisme. C’était à voir au Wiels mais, pour ceux qui n’ont pas pu venir, en voici un petit aperçu video.

Liens:
- l’article de Marc Wathieu sur son blog.
- la fiche complète avec bio, photos et video sur kunstenfestivaldesarts

Hybrid World Lab

Tuesday 22 May 2007

Vendredi 11 Mai, je suis parti à Amsterdam pour assister à la présentation des projets issus du Hybrid World Lab, un workshop intensif d’une semaine organisé par Mediamatic.

Le workshop a réuni une douzaine de participants entourés de 7 assistants ou coaches (un vrai luxe!) tels que Timo Arnall, Nicolas Nova, Sacha Pohflepp,… pour se concentrer sur ce monde hybride où les mondes des réseaux (internet et mobile) et physique ne font plus qu’un. Les participants ont chacun élaboré un projet, le plus souvent un scénario assez prospectif mais soutenu par un premier prémisse de petit prototype bien réel.

Ainsi Emma Smith propose un scénario utilisant web et photos taggées par leur position pour réaliser des workshops dans les parcs londoniens et faire prendre conscience des animaux qui y vivent en donnant la possibilité à ceux qui les découvrent de se les approprier en les baptisant.
shotcode Le duo de designer du Studio Sophisti a réalisé grafficity.nl, un prototype d’un site participatif permettant de créer à partir de son ordinateur des graffitis dans la ville, mais visibles uniquement par téléphone mobile. L’utilisateur choisit sur une carte l’endroit en ville où mettre son dessin; à cet endroit est ensuite placé un repère physique unique et reconnaissable, un shotcode que le passant peut viser avec l’objectif de son mobile pour recevoir sur son écran le dessin graphité…
Katherina Birken Bach a présenté ‘Nearness’, un scénario pour transmettre une information d’une manière non intrusive et chaleureuse (’in a ignorable and warm way’). Elle s’intéresse ici à un type d’information émotionnellement chargée, par exemple la personne et son réseau d’amis, et leur proximité éventuelle. Se basant sur des sites sociaux de partage de position tels que Plazes, elle imagine un gsm qui bouge (un vrai mobile) et tournerait gentiment dans la direction de l’ami qui se trouverait dans les parages. On voit bien la scène: vous êtes à une terrasse de café, comme d’habitude votre gsm est sur la table, vous papotez avec votre voisin, et tout doucement, subtilement, sans déranger personne, votre gsm tourne: un ami n’est pas loin…

Yves Klein sur SL

Sunday 6 May 2007

Kein sur SLJ’avais écrit récemment sur la réinterprétation de ‘‘7000 chênes’ de Joseph Beuys par Eva and Franco Mattes dans Second Life. Suite de ce phénomène des recréations d’actes de grands artistes sur SL, voici le Saut dans le Vide d’Yves Klein par Far Link.

Via le blog ‘Second Life et la second vie du Web‘ de Wangxiang Tuxing.

Conversation with Spaces: HC Gilje’s blog

Sunday 6 May 2007

HC Gilje est un artiste visuel norvégien, créateur d’images pour le théâtre et la danse, concepteur d’installations, membre du trio de live audiovisual improvisation 242.pilots primé à la Transmediale 2003 (dvd 242.pilots in Brussels à l’invitation d’iMAL). Il est maintenant en résidence de recherche à l’Académie des Arts de Bergen (KHIB) pour 3 ans jusque fin 2009 dans le cadre d’un ‘Research Fellowship in the Arts’ (équivalent à un doctorat ou Phd en Arts - notons qu’il n’existe rien d’équivalent en Belgique).
HC Gilje se concentrera sur comment les technologies audiovisuelles peuvent être utilisées pour transformer, créer, étendre, amplifier et interprèter l’espace physique. Sujet bien dans la ligne de nombreuses démarches actuelles autour de cette informatique omniprésente (’ubiquitous computing’) qui envahit notre monde quotidien, fusionne le monde physique au monde digital.
HC ouvre un blog autour de son travail de recherche: hcgilje.wordpress.com
A suivre.

Synthetic performances: reenacting Beuys in SL

Saturday 24 March 2007

beuysEva and Franco Mattes (a.k.a. 0100101110101101.ORG, artistes spécialisés en plagiérisme, ré-appropriation ou guerilla marketing - voir par ex. les projets Vaticano.org, NikeGround, Biennale.py, Marko Daver, Copies,…) débutent une série de performances dans les mondes virtuels. Celles-ci remettent en scène des performances artistiques historiques, et la première sera la recréation de ‘7000 chênes’ de Joseph Beuys dans Second Life. Le premier arbre virtuel a été planté avec sa première pierre en basalte synthétique le 16 mars 2007, soit 25 ans après le début de la performance de Beuys à la Documenta 7 de 1982. Les habitants de SL pourront participer en plantant des pierres et des arbres dans leur propriétés (on ne dit pas si ceux-ci sont payants ou gratuits…).

Sont programmés un reenacting d’Acconci puis d’Abramovic. Et on imagine que cela ne s’arrêtera pas là, une série déclinable à l’infini… de quoi se positionner dans SL (c’est fou ce qu’on peut y faire en calquant la First Life et toute son histoire).
Plus d’infos sur : 0100101110101101.ORG